flag _____coat

La République des Philippines est une nation constituée d’un archipel de 7 107 îles se situant à l’ouest de l’océan Pacifique à environ 1 000 kilomètres au sud-est du continent asiatique. C’est l’un des deux seuls pays à dominante catholique en Asie (avec le Timor Oriental) et l’un des plus occidentalisés. L’Espagne et les États-Unis, qui ont tous deux colonisé le pays, ont chacun eu une grosse influence sur la culture philippine qui est un mélange unique d’Orient et d’Occident.

L’archipel philippin se situe entre 116° 40′ et 126° 34′ de longitude est, 4° 40′ et 21° 10′ de latitude nord. Il est bordé à l’est par la mer des Philippines, à l’ouest par la mer de Chine, et au sud par la mer de Célèbes. Au sud se trouvent l’île de Célèbes et l’archipel des Moluques, qui appartiennent à l’Indonésie, au sud-ouest l’île de Bornéo, partagée entre la Malaisie et l’Indonésie, au nord Taïwan et à 500 km à l’est les îles Palaos.

Le pays est à grande majorité catholique. Les Philippins sont très religieux et les services du dimanche et du vendredi sont très suivis. La Semaine Sainte donne lieu à de grandes parades et à de réelles crucifixions, pourtant condamnées par l’Église. Certaines personnes se font en effet attacher à des croix lors du Vendredi Saint afin de commémorer la crucifixion du Christ, et restent ainsi toute la journée. C’est un geste volontaire, exécuté souvent par les mêmes personnes qui y voient une manière de pénitence.

La répartition des religions est la suivante :

* Catholiques romains 83%

* Protestants 9%

* Musulmans 5%

* Bouddhistes et/ou autres 3%

Tout au long de l’histoire du peuple philippin, aucune identité culturelle nationale n’est pourtant apparue. Cela est en partie dû au nombre impressionnant de langues parlées dans le pays, que l’on estime aujourd’hui à 80, ainsi qu’aux très nombreux dialectes qui en découlent. L’isolement relatif entre populations voisines, que ce soit de village à village, ou d’île en île, a également contribué à cette absence d’identité unifiée.

Après l’arrivée des Espagnols, les missionnaires catholiques engagent des indigènes comme traducteurs, créant ainsi une classe de la population bilingue, connue sous le nom de ladinos. Ces personnes, notamment le traducteur et poète Gaspar Aquino de Belen, commencent alors à écrire des poèmes en alphabet latin mais principalement en langue Tagalog. Pasyon est d’ailleurs une célèbre narration poétique de la passion, mort et résurrection du Christ commencée par Gaspar Aquino de Belen. Par la suite, les ballades espagnoles de chevalerie, fournissent un modèle pour la littérature laïque philippine. Des pièces de théâtre écrites en vers, ou komedya, font l’objet de représentations en langue régionale, permettant ainsi un accès à la littérature pour une majorité du peuple, alors illettrée. Ces komedya sont également diffusées sous forme écrite dans les langues régionales, en utilisant toujours l’alphabet latin.

En outre, la littérature classique (José Rizal, Pedro Paterno) et les documents historiques (Hymne national, Constitución Política de Malolos), sont écrits en langue espagnole, qui ne cesse définitivement d’être une langue officielle qu’en 1973. L’écrivain philippin Claro M. Recto continuera d’écrire en espagnol jusqu’en 1946.

Les Philippines sont également la patrie de nombreux héros. On considère que Lapu-Lapu de Mactan fut le premier qui commença a repousser l’agression européenne et il est à l’origine de la mort de Ferdinand Magellan. José Rizal (né le 19 juin 1861, dans la ville de Calamba, Laguna), fait figure de héros national. José Rizal était un homme extrêmement cultivé parlant quelques 22 langues différentes. Poète, écrivain, médecin ophtalmologue (il fit une partie de ses études à Barcelone avant de s’installer à Paris, Heidelberg et à Berlin). Il joua un rôle essentiel dans le processus d’indépendance, s’inspirant de Don Quichotte dont il était un fidèle lecteur pour construire son projet politique et mener sa lutte contre le colonisateur. Jugé pour rébellion, il est exécuté le 30 décembre 1896. En hommage le 30 décembre est aujourd’hui un jour férié aux Philippines. Plus récemment, le premier président de l’Assemblée générale de l’ONU, Carlos Peña Rómulo est une autre figure importante de l’histoire des Philippines.

Les églises baroques des Philippines et la ville historique de Vigan sont des sites historiques classés au patrimoine mondial de l’humanité, tout comme les rizières de Banaue de la Cordillère, que certains considèrent comme la huitième Merveille du monde. Malheureusement, pendant la Seconde Guerre mondiale, une grande partie du centre historique de la ville de Manille (Intramuros) fut détruite, avant d’être reconstruite après guerre.